PLONGÉE.TV


La chaîne de télévision par Internet en HD sur la plongée, l'apnée et la vidéo sous-marine


Malte - Capitale européenne de la plongée sur épaves ! À mi-chemin entre deux continents, l’africain et l’européen, Malte représente une destination proche. Cette proximité est toutefois loin d’être son seul attrait. Car sous la surface, une visibilité souvent excellente attend le plongeur, lui permettant d’admirer un décor naturel remarquable. Grottes, tunnels et trous bleus se succèdent ainsi au pied des côtes rocheuses. Sans compter une quantité étonnante d’épaves de tous types à découvrir. Largement de quoi pousser le réalisateur et photographe Guillaume Ruoppolo, accompagné du journaliste Olivier Clot-Faybesse, à venir tremper leurs palmes dans l’archipel.   « Filmer et photographier ces épaves a été un véritable régal. Elles reposent sur un fond de sable clair, à une profondeur modeste avec une belle visibilité ! » La plupart des épaves présentes dans les eaux maltaises datent de la Seconde Guerre mondiale. En raison de sa situation géographique au centre de la Méditerranée, l’île de Malte offre une position stratégique qui a suscité de violents combats entre Anglais (qui l’occupaient) et forces de l’Axe. Mines, bombardements, mitraillages et autres torpillages ont envoyé par le fond plusieurs bâtiments de transport et de combat, dont deux sous-marins. Au moins trois naufrages d’avions sont aussi recensés à ce jour. Malheureusement, la plupart de ces épaves bien que situées peu loin du rivage, gisent à des profondeurs importantes, de 40 m à 100 mètres et plus. Pour « compenser », les autorités maltaises ont eu la bonne idée de saborder sur tout l’archipel une flopée de bateaux (onze pour l’instant). Le but ? Créer ainsi autant de sites accessibles du bord, et ce dans des zones abritées des différents vents dominants. Des épaves pour tous les plongeurs car immergées entre 10 et 30 mètres et extrêmement variées. Par longueur de coque croissante : quatre remorqueurs, quatre ferries, deux patrouilleurs et un pétrolier, le réputé Um el Faroud long de plus de 100 mètres. Une majorité a été coulée autour de Malte, mais l’île de Gozo (trois épaves) et la modeste Comino (une épave) n’ont pas été oubliées. Pour Guillaume Ruoppolo, ce fut une révélation : « Filmer et photographier ces épaves a été un véritable régal. Elles reposent sur un fond de sable clair, à une profondeur modeste avec une belle visibilité ! Du coup, la luminosité qui règne est optimale pour capturer des images. En plus, avec un départ du bord, il n’y a qu’à choisir le bon créneau pour y être seul. »   « D’énormes blocs de pierre ont roulé et sont venus se caler les uns contre les autres. En plongée, on a l’impression de planer le long d’une montagne, la sensation est incroyable ! » Cependant, résumer la plongée à Malte à du métal serait injuste. Le minéral y est aussi à l’honneur. Avec son architecture tourmentée, composée de grottes et cavités en tous genres, failles, tombants et blocs, certains sites donnent à admirer des décors spectaculaires. D’autant que l’eau affiche la même clarté que sur les épaves. « Le Blue Hole de Gozo est pour moi une plongée remarquable et je la recommande, souligne Guillaume. Si l’originalité de ce spot était jusqu'il y a peu, la présence d’un trou bleu justement, ce n’est pour moi plus le cas depuis que l’immense arche adjacente qui se détachait de la mer s’est effondrée pendant l'hiver 2017. Cela a complètement chamboulé le fond ! D’énormes blocs de pierre ont roulé et sont venus se caler les uns contre les autres. En plongée, on a l’impression de planer le long d’une montagne, la sensation est incroyable ! » À noter que le Blue Hole, que l'on voit au début de la vidéo, comme bien d’autres sites, se trouvent sur les côtes les plus sauvages et découpées des îles, à Malte comme à Gozo. Heureusement, des aménagements ont été bien souvent réalisés afin de permettre aux plongeurs de se mettre à l’eau en toute sécurité. Côté faune, certes, Malte ce n’est pas Port-Cros. D’ailleurs, on ne peut qu’encourager la création d’une réserve marine à Malte. Néanmoins, de belles rencontres sont possibles. Par exemple, sur certaines épaves (Rozi, P-29,…), où les petits poissons trouvent refuge (bancs d’anthias, de sars et d’oblades) ce qui attire en retour quelques prédateurs (barracudas, sérioles,…). Ou encore, en faisant preuve d’un peu de patience et de curiosité, en fouinant dans les anfractuosités de la roche ou sur le sable, il est possible d'observer rascasses et chapons, murènes, mérous, rougets, vives, etc. À terre, Malte possède également des atouts de poids. Son patrimoine historique et l’architecture de ses villes les plus anciennes sont remarquables. D’ailleurs, La Valette a été choisie comme capitale culturelle 2018. Un prétexte supplémentaire pour organiser un séjour ? FAIRE CES PLONGÉES Pour se rendre à Malte, deux compagnies officient en France : Air Malta et Ryan Air. UE oblige, une carte d’identité suffit et l’euro est la monnaie. Pensez à emporter un permis de conduire si louer une voiture est prévue (attention, conduite à l’anglaise, c'est-à-dire à gauche). Pas de décalage horaire, l’anglais est parlé partout sur l’archipel, le français parfois. Aucune précaution santé particulière à prendre (en dehors de se protéger du soleil en période estivale). Penser à emporter (ou acheter sur place, on en trouve partout) un adaptateur pour les prises de courant. Pour plonger, deux centres, tous deux francophones, sont à recommander : Dive Systems sur Malte et St. Andrew´s Divers Cove sur Gozo. Pour toutes informations sur la plongée à Malte, rendez-vous sur le site officiel www.visitmalta.com/fr. © Guillaume Ruoppolo / www.wallis.fr - Texte Olivier Clot-Faybesse - Music by Jimmy Sax - “Praise you” Remerciements au Malta Tourism Authority, à MCA Communication, à Simon de Dive Systems et Mark de St. Andrew´s Divers Cove.   thumbnail

Malte - Capitale européenne de la plongée sur épaves !

Par : Guillaume Ruoppolo | Durée : 4min 30sec | Chaîne : Voyages plongée
Partager | Exporter | Notez

À mi-chemin entre deux continents, l’africain et l’européen, Malte représente une destination proche. Cette proximité est toutefois loin d’être son seul attrait. Car sous la surface, une visibilité souvent excellente attend le plongeur, lui permettant d’admirer un décor naturel remarquable. Grottes, tunnels et trous bleus se succèdent ainsi au pied des côtes rocheuses. Sans compter une quantité étonnante d’épaves de tous types à découvrir. Largement de quoi pousser le réalisateur et photographe Guillaume Ruoppolo, accompagné du journaliste Olivier Clot-Faybesse, à venir tremper leurs palmes dans l’archipel.
 
« Filmer et photographier ces épaves a été un véritable régal. Elles reposent sur un fond de sable clair, à une profondeur modeste avec une belle visibilité ! »

La plupart des épaves présentes dans les eaux maltaises datent de la Seconde Guerre mondiale. En raison de sa situation géographique au centre de la Méditerranée, l’île de Malte offre une position stratégique qui a suscité de violents combats entre Anglais (qui l’occupaient) et forces de l’Axe. Mines, bombardements, mitraillages et autres torpillages ont envoyé par le fond plusieurs bâtiments de transport et de combat, dont deux sous-marins. Au moins trois naufrages d’avions sont aussi recensés à ce jour. Malheureusement, la plupart de ces épaves bien que situées peu loin du rivage, gisent à des profondeurs importantes, de 40 m à 100 mètres et plus. Pour « compenser », les autorités maltaises ont eu la bonne idée de saborder sur tout l’archipel une flopée de bateaux (onze pour l’instant). Le but ? Créer ainsi autant de sites accessibles du bord, et ce dans des zones abritées des différents vents dominants. Des épaves pour tous les plongeurs car immergées entre 10 et 30 mètres et extrêmement variées. Par longueur de coque croissante : quatre remorqueurs, quatre ferries, deux patrouilleurs et un pétrolier, le réputé Um el Faroud long de plus de 100 mètres. Une majorité a été coulée autour de Malte, mais l’île de Gozo (trois épaves) et la modeste Comino (une épave) n’ont pas été oubliées.

Pour Guillaume Ruoppolo, ce fut une révélation : « Filmer et photographier ces épaves a été un véritable régal. Elles reposent sur un fond de sable clair, à une profondeur modeste avec une belle visibilité ! Du coup, la luminosité qui règne est optimale pour capturer des images. En plus, avec un départ du bord, il n’y a qu’à choisir le bon créneau pour y être seul. »
 
« D’énormes blocs de pierre ont roulé et sont venus se caler les uns contre les autres. En plongée, on a l’impression de planer le long d’une montagne, la sensation est incroyable ! »

Cependant, résumer la plongée à Malte à du métal serait injuste. Le minéral y est aussi à l’honneur. Avec son architecture tourmentée, composée de grottes et cavités en tous genres, failles, tombants et blocs, certains sites donnent à admirer des décors spectaculaires. D’autant que l’eau affiche la même clarté que sur les épaves.

« Le Blue Hole de Gozo est pour moi une plongée remarquable et je la recommande, souligne Guillaume. Si l’originalité de ce spot était jusqu'il y a peu, la présence d’un trou bleu justement, ce n’est pour moi plus le cas depuis que l’immense arche adjacente qui se détachait de la mer s’est effondrée pendant l'hiver 2017. Cela a complètement chamboulé le fond ! D’énormes blocs de pierre ont roulé et sont venus se caler les uns contre les autres. En plongée, on a l’impression de planer le long d’une montagne, la sensation est incroyable ! »

À noter que le Blue Hole, que l'on voit au début de la vidéo, comme bien d’autres sites, se trouvent sur les côtes les plus sauvages et découpées des îles, à Malte comme à Gozo. Heureusement, des aménagements ont été bien souvent réalisés afin de permettre aux plongeurs de se mettre à l’eau en toute sécurité.

Côté faune, certes, Malte ce n’est pas Port-Cros. D’ailleurs, on ne peut qu’encourager la création d’une réserve marine à Malte. Néanmoins, de belles rencontres sont possibles. Par exemple, sur certaines épaves (Rozi, P-29,…), où les petits poissons trouvent refuge (bancs d’anthias, de sars et d’oblades) ce qui attire en retour quelques prédateurs (barracudas, sérioles,…). Ou encore, en faisant preuve d’un peu de patience et de curiosité, en fouinant dans les anfractuosités de la roche ou sur le sable, il est possible d'observer rascasses et chapons, murènes, mérous, rougets, vives, etc.

À terre, Malte possède également des atouts de poids. Son patrimoine historique et l’architecture de ses villes les plus anciennes sont remarquables. D’ailleurs, La Valette a été choisie comme capitale culturelle 2018. Un prétexte supplémentaire pour organiser un séjour ?

FAIRE CES PLONGÉES
Pour se rendre à Malte, deux compagnies officient en France : Air Malta et Ryan Air. UE oblige, une carte d’identité suffit et l’euro est la monnaie. Pensez à emporter un permis de conduire si louer une voiture est prévue (attention, conduite à l’anglaise, c'est-à-dire à gauche). Pas de décalage horaire, l’anglais est parlé partout sur l’archipel, le français parfois. Aucune précaution santé particulière à prendre (en dehors de se protéger du soleil en période estivale). Penser à emporter (ou acheter sur place, on en trouve partout) un adaptateur pour les prises de courant.
Pour plonger, deux centres, tous deux francophones, sont à recommander : Dive Systems sur Malte et St. Andrew´s Divers Cove sur Gozo.
Pour toutes informations sur la plongée à Malte, rendez-vous sur le site officiel www.visitmalta.com/fr.

© Guillaume Ruoppolo / www.wallis.fr - Texte Olivier Clot-Faybesse - Music by Jimmy Sax - “Praise you”

Remerciements au Malta Tourism Authority, à MCA Communication, à Simon de Dive Systems et Mark de St. Andrew´s Divers Cove.